• facebook
  • twitter
  • linkedin
  • art

Frank OVERTON COLBERT (1895-1953) The Trail…

Lot 23
6 000 - 8 000 €

Frank OVERTON COLBERT (1895-1953) The Trail…

Frank OVERTON COLBERT (1895-1953)
The Trail to Happy Hunting Ground, vers 1923
Huile sur carton toilé.
Signée en bas à gauche.
30 x 41 cm

Exposition :
Indian Folk Lore Pictures painted by F. Overton Colbert Chickasaw Indian, Montross Gallery, New York, 1923, n°11.


Nous remercions Monsieur Ed Garland pour les informations qu’il nous a transmises.

Frank Overton Colbert Redfeather (« Plume rouge »), né en 1895, descend d’une longue lignée de chefs Chickasaw indiens et appartient à l’une des familles les plus anciennes des États-Unis. Colbert passe son enfance en Oklahoma. Après la première guerre mondiale, il s’installe à Greenwich village et étudie à l’École des  Arts  Appliqués  de  New  York  au  même  moment  que  William  Gropper.  En 
1921,  l’artiste  rejoint  le  groupe  Inje-Inje  et  expose  au  printemps  à  la  fameuse Montross  Gallery  puis  une  seconde  fois  en  1923.  Ses  multiples  expositions  à New  York  et  notamment  au  Whitney  Studio  Club,  permettent  à  ses  œuvres d’être  immédiatement  remarquées.  En  1923,  il  s’installe  à  Paris  sur  la  rive gauche avec sa femme pour étudier à l’École des Beaux-Arts. Il expose au Salon d’Automne la même année et au salon des Indépendants en 1926. Surnommé le « Peau rouge de Montparnasse », et habitué des cafés, il fréquente le milieu artistique  parisien  et  dessine  habituellement  sur  du  papier  d’emballage  qu’il récupère dans les boucheries1. Suite à une dépression, il rentre aux États-Unis. En 1941, atteint d’une maladie mentale, il est hospitalisé dans le Colorado et y meurt le 20 mars 1953. Dix ans après sa mort, une exposition rétrospective est organisée à la galerie Paula Insel à New York.
La participation de Colbert au Groupe Inje-Inje est un tremplin dans la diffusion de ses œuvres. Ce mouvement, créé en 1920 par Holger Cahill2 combine des aspects  du  dadaïsme,  du  primitivisme  et  la  recherche  de  la  beauté.  Il  présage clairement  la  fondation  du  magazine  New  York  Dada  l’année  suivante  par Duchamp, Man Ray, Hartley, Arensberg, etc3. L’inspiration du nom vient d’une tribu indienne située entre la région de l’Amazone et des Andes, laquelle était si 
« primitive » que son langage oral était constitué de deux seuls mots : Inje-Inje4. Cette tribu ne communiquait qu’avec des gestes. Cahill souhaite rendre les arts à  une  simplicité  comparable  et  ainsi  découvrir  les  bases  et  les  formes  les  plus directes de l’expression humaine5. Ce dernier recrute un petit nombre d’artistes Mark Tobey, Alfred Maurer, William Gropper, John Sloan et de poètes, Malcom Cowley et Orrick Johns. Ce groupe Inje-Inje entretient une relation très proche avec  l’intérêt  croissant  aux  arts  primitifs  dans  les  premières  décennies  du  XXe siècle,  et  la  présence  de  Colbert,  par  son  identité  a  un  sens  immédiat.  On  dit d’ailleurs de lui qu’il fût le premier artiste indien à exposer à New York6.
Notre  tableau  est  exposé  à  la  Montross  Gallery  en  1923,  dans une  exposition  intitulée :  Indian  Folk Lore  Pictures.  Pour  Colbert,  l’étude des  cultures  primitives,  comme  la Grèce  archaïque,  la  Chine  ancienne, ou  les  Indiens  d’Amérique  montre une  philosophie  semblable  parmi ces  peuples ;  la  seule  chose  qui diffère  est  la  manipulation  de  leurs matériaux7.  Selon  lui,  les  peuples primitifs  peuvent  atteindre  ce  que l’être sophistiqué n’obtiendra jamais : la  force  de  la  simplicité.  Dans  un journal,  Colbert  raconte  que  l’Indien 
ignorait la perspective en art et projetait ses objets et symboles sur une surface plane parce que cela résumait sa philosophie. Ce  dernier  pense  que  toute  vie,  en  perspective  devient  plate8.  Colbert  retient  « la simplicité et le caractère directe de la technique indienne pour obtenir la perspective par la transition de la lumière sur la couleur »… Pas comme les impressionnistes qui en sacrifiant le dessin pour les effets de lumière détruisent la forme. Colbert ajoute : « Je crois qu’il est possible de produire l’effet de la lumière et de la couleur sans le sacrifice de la forme »9. 
Comme la plupart des tableaux de Colbert, l’artiste raconte ici sous son pinceau une légende indienne, traitée par de multiples petites touches. Le titre du tableau The trail to the happy hunting ground  nous  révèle,  selon  les  mythes  des  tribus  des  grandes plaines des Indiens d’Amérique, la signification du tableau : le chemin vers le paradis où  la  chasse  et  le  jeu  sont  illimités.  Un  corps  enveloppé  dans  une  peau  repose  sur une sépulture aérienne selon le rite funéraire indien, pour le protéger des animaux. Le hibou, traité de façon stylisé, et caché dans l’arbre n’est pas là par hasard, il incarne, selon les tribus indiennes d’Amérique, l’esprit mystique de sagesse et de protecteur du 
monde des morts. 
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue