• facebook
  • twitter
  • linkedin
  • art

Jean ANOUILH. Manuscrit autographe, [Vive…

Lot 7
700 - 800 €

Jean ANOUILH. Manuscrit autographe, [Vive…

Jean ANOUILH. Manuscrit autographe, [Vive Henri IV ! ou La Galigaï, 1976] ; 35 pages in-fol.
Brouillons pour la pièce de théâtre écrite d’après un scénario sur l’histoire de Concini, favori de la régente Marie de Médicis dont il avait épousé la servante et confidente, Léonora Galigaï. Le scénario fut proposé à des producteurs américains et retiré à la suite d’un désaccord sur la distribution du film. Vive Henri IV ! fut créé le 12 octobre 1977 à la Maison des Arts et de la Culture de Créteil (Val-de-Marne), sous le titre Léonora ou les Maquereaux, et reprise le 24 novembre suivant au Théâtre de Paris, mais la première édition parut après la mort de l’auteur (La Table ronde, 2000, à laquelle nous renvoyons).
La plupart de ces feuillets, de premier jet, sont sans rature, ni correction, les noms des personnages étant indiqués par des initiales, et le texte étant un peu moins développé que celui de la version publiée. Y figurent des fragments des épisodes suivants : la scène liminaire entre le Petit Roi, Louis XIII, et les parlementaires (p. 10-12) ; le premier interrogatoire de Léonora par les juges (p. 13-15) ; le dialogue entre Marie et Léonora au sujet de la robe apportée par le tailleur, et du projet d’acheter le nom de Galigaï (p. 25-28) ; le début de l’entretien entre Galigaï et Léonora (p. 30) ; le voyage de Marie et Léonora (p. 33-35) ; Marie et Léonora à la fête des matelots, où paraît Concini, travesti en femme (p. 38-39) ; l’échange hargneux entre Marie et sa servante, à la suite de la bagarre mortelle entre Concini et un matelot (p. 41-44) ; la présentation d’excuses de Concini à Marie (p. 47-48) ; les cérémonies fatigantes auxquelles doit assister la Reine avant d’arriver à Paris, suivies de l’irruption d’Henri dans la chambre de Marie (p. 50-54) ; le premier coucher de Marie, en France (p. 69-72) ; l’échange entre Henri et Rosny au sujet de la dot de Marie (p. 72-73) ; l’argument entre le Roi et le comte d’Entragues, qui rappelle l’engagement du Roi d’épouser Henriette d’Entragues (p. 74-77) ; l’accouchement de la Reine (p. 90-95) ; l’échange entre le Roi et son bâtard Vendôme, qui déconseille de sortir (p. 219-220), suivi de la scène entre la Reine, le Roi et Épernon, qui décide Henri à sortir (p. 222-223) ; le départ du Roi, sous les yeux de Ravaillac, et l’affolement de Marie après l’assassinat (p. 225-228) ; l’interrogatoire final de Léonora par le Premier Juge (p. 230-234), etc.
On joint un feuillet dactylographié en partie autographe pour Le Nombril (1981), et un autre f. dactyl. (paginé 43) avec additions et corrections autographes. Plus 2 l.a. (minutes, dont une incomplète) et 1 p.s., et divers documents : un exemplaire de La Rose bleue d’Yvon, avec envoi a.s. à Anouilh, 1972, et 5 lettres à lui adressées.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue