• facebook
  • twitter
  • linkedin
  • art

BRAHMS Johannes (1833-1897). MANUSCRIT MUSICAL…

Lot 1120
25 000 - 30 000 €

BRAHMS Johannes (1833-1897). MANUSCRIT MUSICAL…

BRAHMS Johannes (1833-1897).
MANUSCRIT MUSICAL autographe, Salamander, [1888] ; 2 pages oblong in-fol. (première page légèrement brunie, avec l’encre très légèrement passée).

Manuscrit complet du lied Salamander (op. 107 n° 2).
Le deuxième de ses Fünf Lieder op. 107, pour voix avec accompagnement de piano. C’est en juillet 1888, au bord du romantique lac de Thun (Thoune) en Suisse, que Brahms composa cette pièce, dans le village de Hofstetten, où il passa les étés de 1886, 1887 et 1888.
Le poème, illustrant la cruelle candeur de l’amour, avait paru en 1861 dans le recueil Lieder und Gedichte de l’écrivain Karl Lemcke (1831-1913), également historien de l’art et de la littérature.
Le narrateur s’y compare amoureux à la salamandre (mot masculin en allemand) qu’une fillette jette dans le feu. « Es saß ein Salamander Auf einem kühlen Stein, da warf ein böses Mädchen Ins Feuer ihn hinein (bis). Sie meint’, “er soll verbrennen”, Ihm ward erst wohl zu Muth, wohl wie mir kühlem Teufel Die heiße Liebe tut (bis) » (Une salamandre se tenait sur une pierre froide ; une méchante fillette la jeta au feu, croyant qu’elle allait brûler, mais la bête s’en trouva mieux que jamais, comme moi, diable froid, quand me prend le brûlant amour).
Marqué Mit Laune (avec enjouement), en la mineur à 4/4, ce bref lied compte « deux couplets, l’un mineur l’autre majeur, […] pour évoquer le cœur plein de froideur qui peut s’embraser comme la salamandre jetée au feu » (Brigitte François-Sappey). La partie de piano, « un peu à la façon d’un mouvement perpétuel » (Claude Rostand), est vivace, avec des sauts jubilatoires.
Le manuscrit est noté à l’encre brune sur un feuillet oblong (recto-verso) à 9 lignes, avec 3 systèmes de 3 portées par page. Brahms a noté en tête le titre, le nom de « Karl Lemcke », et le numéro d’opus (changé à la publication) : « op. 106 N° 3 ».
Salamander fut chanté pour la première fois en public le 31 octobre 1888 à Berlin par la cantatrice et amie de Brahms Amalie Schneeweiss, ancienne épouse du violiniste Joseph Joachim. Le recueil de Fünf Lieder op. 107 fut publié en ce même mois d’octobre 1888 à Berlin chez Fritz Simrock.
Provenance : collection Fritz SIMROCK, ami et principal éditeur de Brahms (il l’a identifié en tête, avec le lieu et la date, à l’encre rouge : «  Juli 1888 in Thun », et noté le cotage 9064 au crayon bleu) ; puis son petit-fils Fritz Alfred Auckenthaler, qui dirigea la firme Simrock.
Bibliographie : Donald & Margit L. McCorkle, Johannes Brahms. Thematisch-bibliographisches Werkverzeichnis, pp. 431-434, seul manuscrit connu.
Discographie : Dietrich Fischer-Dieskau, Daniel Barenboim (Deutsche Grammophon, 1983) ; Ian Bostridge, Graham Johnson (Hyperion, 2015).
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue